L’IA au service de l’assurance Immeubles

6 juin 2011, un hôtel concerné par un arrêté d’insalubrité, situé dans la rue Parmentier à Montreuil (Seine-Saint-Denis), s’écroule sur une maison voisine. 5 novembre 2018, Marseille, le drame d’Aubagne. En 2019, rue Cujas, le toit d’un immeuble inoccupé s’effondre sur les étages inférieurs, provoquant l’évacuation de quatre autres bâtiments adjacents. 16 juin 2021, à Bordeaux, deux immeubles du quartier Saint-Michel s’écroulent, rue Planterose. Deux jours plus tard, 11 immeubles sont évacués dans le quartier de la Victoire, en raison de menace d’effondrement de deux bâtiments, à l’angle de la rue Labirat et de la rue de Lalande.*

Plus récemment, un bâtiment abritant deux immeubles de quatre étages s’est effondré, ce samedi 12 novembre, dans le centre-ville de Lille entre le 40 et 44 de la rue Pierre-Mauroy. Première estimation de l’effondrement à Lille : 6 millions pour les dommages matériels…

La multiplication des sinistres et des effondrements d’immeubles ces dernières années soulève un enjeu majeur dans le domaine de l’assurance des risques immobiliers (MRI).

La réponse est à la fois humaine et technologique.

Portefeuille Risque Immeuble (MRI) : une complexité grandissante

Une méconnaissance des risques en portefeuille

Combien de sites Seveso se trouvent à moins de 200 mètres de l’un de vos sites ? Combien d’immeubles assurés sont situés en zones à risque pour les occupants ? Les réponses à ces questions restent bien souvent en suspens lorsqu’elles sont posées…

De nombreux immeubles sont assurés sans qu’une visite physique ne soit réalisée, ce qui pose également une réelle problématique pour évaluer précisément les risques réels sous-jacents.

Entre 25 et 35 % des risques demeurent mal localisés, ce qui représente une part significative de l’ensemble des risques. Cette incertitude s’accroît dans un contexte où les risques continuent d’évoluer et de se transformer.

Jusqu’à présent, les assureurs ont toléré une certaine marge d’erreur.

Aujourd’hui, les coûts croissants de la réassurance ont souligné l’importance de la qualité des données disponibles, et dans un contexte où les coûts des sinistres augmentent et où les bâtiments se détériorent, il est devenu plus qu’essentiel de mieux comprendre les risques encourus.

Précision du risque et réactivité de souscription

État d’un bâtiment, locaux vides, facteurs aggravants tels que des PPV sur le toit, arrêté de péril, monuments historiques, risques associés aux occupants ou encore proximité de sites à risque. La MRI (multirisque immeuble) exige une analyse minutieuse de plusieurs facteurs. Traditionnellement, il faut plus de 30 minutes à un souscripteur expérimenté pour collecter des informations à partir de plus de 15 sources de données différentes. Défi complexe, voire impossible à gérer entièrement manuellement, les assureurs doivent aujourd’hui maîtriser les risques associés aux bâtiments assurés tout en étant toujours plus réactifs dans leurs réponses aux besoins de leurs clients.

Et avec les effondrements répétés d’immeubles ces dernières années, et la multiplication des catastrophes naturelles, le sujet devient de plus en plus problématique. Les immeubles anciens et mal entretenus représentent un danger potentiel pour leurs occupants et peuvent entraîner des sinistres coûteux pour les assureurs.

CITATION “Tout se négocie sauf la qualité du risque. On peut négocier un tarif, une franchise, etc. Si nous constatons que le bâtiment présente un risque grave, nous apportons une proposition différente.” Nathalie Ramon, Responsable Qualité du Portefeuille & Prevention des risques immobiliers, https://www.sada.fr/

Une Vision à 360° des Bâtiments en Quelques Clics

La plus grande base de France d’arrêtés de péril

Sommes-nous dans une zone sujette à des catastrophes naturelles ? Sommes-nous proches d’un site industriel ? Y a-t-il des problèmes d’émeutes ? Quelle est l’occupation de l’immeuble ? Y a-t-il une activité commerciale au rez-de-chaussée ?

Pour aider les souscripteurs à répondre à ces questions, Continuity a développé une plateforme contenant des informations détaillées sur l’ensemble des immeubles de France.

Et l’un des éléments au cœur de la solution de Continuity c’est la collecte continue des arrêtés de périls émis par les municipalités françaises. Grâce notamment à des algorithmes avancés de traitement du langage, Continuity analyse ces arrêtés pour identifier les immeubles présentant un risque élevé d’effondrement ou de sinistre. Cette information est importante pour les souscripteurs qui peuvent alors proposer une réponse adaptée pour un bien présentant un risque.

Cette base de données en constante évolution permet aux assureurs de mieux comprendre, localiser et évaluer les risques associés à chaque bâtiment assuré.


Une visualisation des arrêtés sur Marseille

Aujourd’hui, Continuity est une plateforme enrichie de :

  • Plus de 4,400 arrêtés de péril et arrêtés d’insalubrité sur plus de 210 municipalités
  • Et plus de 12,000 immeubles à proximité immédiate d’un immeuble sous arrêté
  • 35,000 copropriétés en difficulté financière, soit plus de 5% des copropriétés en France**
  • 20 millions de toits analysés pour détection de Panneaux PhotoVoltaïques

Et ces chiffres et exemples, non exhaustifs, continuent de grandir chaque jour, grâce au travail méticuleux effectué par les équipes de Continuity. Elles ont su mettre à profit la puissance de l’IA pour maximiser les performances de leurs recherches et offrir à leurs clients et partenaires les meilleurs produits et services possibles.

Synergie Humain-IA

L’IA est au cœur des débats et de l’actualité. Celle-ci est parfois observée comme un danger pour nos métiers et industries avant d’être perçue comme un allié de taille. Continuity, provient d’une synergie unique, alliant un réel savoir-faire dans le domaine de l’assurance IARD avec la puissance de l’IA pour analyser et enrichir les données externes.

  • Le géocodage interne normalise et analyse les adresses et les associe à des coordonnées latitude/longitude avant géolocalisation.
  • Le traitement du langage naturel (NLP) aide à qualifier plus précisément l’activité des entreprises en lisant leurs statuts et sites web. Par exemple, un code NAF peut être associé à un restaurant alors qu’il s’agit en réalité d’une boîte de nuit.
  • Un ensemble d’algorithmes de computer vision vérifie les toits et détecte les panneaux photovoltaïques, l’eau, les produits verriers, l’amiante, les méthaniseurs et les réserves d’eau.
  • Enfin, un ensemble d’autres modèles de machine learning sont mis en œuvre (par exemple Random Forest ou Gradient Boosting) pour inférer des données manquantes, comme par exemple les informations financières.

Base des entreprises, les bases de l’INPI, Infogreffe, les bases récupérées de l’IGN, les images aériennes ou satellites… Plus de 60 sources de données, sont ainsi agrégées, augmentées et mises à jour. Celle-ci sont ensuite fiabilisées et vérifiées, humainement et par IA, afin de garantir des résultats optimaux et au plus proche de la réalité.

L’équipe de Continuity est composée de data scientists et d’experts en IA, ainsi que d’anciens actuaires, souscripteurs et consultants en stratégie, tous spécialistes du domaine de l’assurance IARD. Cette double expertise technique et métier, associée à de riches collaborations avec les leaders de l’assurance, permet de proposer des solutions innovantes et adaptées aux besoins spécifiques des souscripteurs.

« Notre mission est d’aider les humains, pas de les remplacer. Les données ne sont jamais parfaites en elles-mêmes, chez Continuity nos data analysts les travaillent de sorte à les rendre exploitables. Côté client, la technologie vient permettre à l’humain de gagner du temps dans les tâches répétables, pour se libérer du temps et se concentrer sur des aspects à plus forte valeur ajoutée, telles que la gestion de la relation client et la prévention, côté souscripteurs » Benoît Pastorelli, fondateur et CEO de Continuity

Des données précieuses pour une Souscription facilitée

Les souscripteurs doivent se baser sur des visites physiques et des recherches croisant de nombreuses sources d’informations, pour évaluer les risques, ce qui était à la fois chronophage et coûteux, voire parfois impossible.

En utilisant la puissance de l’Open Data et l’IA, Continuity a mis au point un assistant de souscription permettant aux assureurs/souscripteurs d’analyser à distance la qualité des bâtiments, en utilisant notamment des images ou des façades pour détecter des signes de mauvais entretien (dégradation de la toiture, du bâti).

En analysant l’état du bâti, les activités des occupants et la localisation, l’assistant fournit une analyse approfondie des risques, permettant ainsi aux assureurs de prendre des décisions éclairées et d’offrir une expérience de souscription plus rapide et plus efficace aux clients.

Une vision à 360° du risque immeuble

Au sein de la technologie de Continuity, une variété d’éléments clés est prise en compte pour détecter et évaluer les risques liés aux immeubles. Cette approche permet aux assureurs d’accéder à une mine d’informations pour une souscription éclairée et une gestion proactive des risques :

  • Détection des arrêtés de péril et d’insalubrité
  • Identification des locaux vides
  • Reconnaissance des monuments historiques
  • Analyse des panneaux photovoltaïque et informations de copropriété
  • Prise en compte des permis de construction et des augmentations de Surface
  • Contexte des grands ensembles immobiliers

En utilisant de manière intelligente ces données, Continuity offre aux assureurs un outil puissant pour anticiper les sinistres et maintenir la rentabilité des portefeuilles d’assurance, que ce soit en prévention, en amont de la souscription ou encore dans le cadre de la révision de contrats d’assurance.

Un scan sur le portefeuille dommage d’un client assureur nous a permis d’identifier plus de 100 contrats dont le bâtiment était visé par un arrêté de périls dans 38 villes, y compris des villes de petites tailles. Ce qui représente plusieurs millions d’euros de valorisation en sinistres évités, en plus de la problématique du risque d’image. Thibaut Le Mons, Directeur Customer Success de Continuity

Conclusion

Les effondrements d’immeubles à Lille, Bordeaux, Marseille et Toulouse ont mis en évidence les défis croissants auxquels sont confrontés les assureurs en matière de gestion des risques immobiliers en France. L’utilisation de l’Intelligence Artificielle (IA) et de l’Open Data offre une solution disruptive pour évaluer, prévenir et gérer les risques liés aux bâtiments.

Les assureurs peuvent désormais détecter les risques les plus problématiques, ce qui contribue à une gestion plus efficace et une anticipation proactive des risques.

L’utilisation de l’IA et de l’Open Data ne vise pas à remplacer les experts humains, mais bien à les aider en automatisant les tâches répétitives et en libérant leur temps pour se concentrer sur des tâches à forte valeur ajoutée, comme une meilleure gestion de la relation client.

Continuity prône une approche collaborative où la technologie et l’expertise humaine se complètent harmonieusement pour résoudre le paradoxe actuel de l’assurance multirisque immeuble (MRI).

*Source : https://www.sudouest.fr/gironde/bordeaux/immeubles-effondres-a-lille-bordeaux-marseille-toulouse-quels-precedents-en-france-12956427.php

** Donnée basée sur un ratio d’endettement supérieur à 70%